Idée d'article - Une exoplanère pour sauver l'humanité

Aller en bas

Idée d'article - Une exoplanère pour sauver l'humanité

Message par Camille Machin le Lun 11 Oct - 22:26

On pourrit notre planète? C'est pas grave, on pourra bientôt migrer ailleurs pour en pourrir une autre !

C'est pourquoi depuis de nombreuses années, on cherche des exoplanètes, c'est à dire des planètes tournant autour d'un soleil et on en cherche bien sûr une qui pourrait offrir des conditions favorable à la vie. Et on vient d'en trouver !

Je vous met des articles tirés du Monde à la suite. Je précise toutefois que les articles ne sont pas écrit dans l'idée quand on aura niquer la Terre, on ira ailleurs. En grand naïf, je suppose donc qu'on est simplement à la recherche de traces de vie dont l'existence ne devrait pas changer grand chose à la mienne, ni à celle de personne d'ailleurs.

Je trouverais ça bien de faire un article pour dire que c'est de la connerie et qu'avant de chercher à aller ailleurs, on ferait mieux de protéger ce qu'on a. Ce qui n'est pas dit dans les articles, c'est que 20 années lumières, avec une fusée Ariane 5, on met a peu prêt 2,7millions d'année à les parcourir. Bref, même dans les cas les plus favorable, on est pas prêt d'y mettre les pieds.

Des astronomes découvrent une exoplanète potentiellement habitable
LEMONDE.FR avec AFP | 30.09.10 | 09h41 • Mis à jour le 30.09.10 | 13h26

Ni trop chaude ni trop froide : les astronomes pensent que Gliese 581g, une exoplanète en orbite autour d'une naine rouge nommée Gliese 581 qu'ils viennent de détecter hors de notre système solaire, pourrait bénéficier d'une température favorable à l'apparition de la vie, indiquent mercredi une équipe de chercheurs de l'université de Santa Cruz, en Californie, et de l'Institut Carnegie de Washington. Une exoplanète est une planète orbitant autour d'une autre étoile que le Soleil.

Les astronomes ont fait cette découverte grâce à des mesures indirectes du télescope Keck, situé à Hawaï, qui scrute Gliese 581 depuis onze ans et a déjà repéré plusieurs planètes autour de cette étoile. "Nous avions déjà des planètes des deux côtés, trop chaud et trop froid, de la zone habitable. A présent, nous en avons une au milieu, juste au bon endroit", s'est réjouit Steven Vogt, professeur d'astronomie et d'astrophysique de l'université de Santa Cruz. "Le fait que nous ayons pu détecter cette planète si rapidement et si près de nous laisse penser que les planètes de ce type doivent être très communes", ajoute-t-il dans un communiqué.

Gliese 581g est située à 20 années-lumière [une année-lumière équivaut à 9 460 milliards de km] de la Terre, dans la constellation de la Balance, selon l'article à paraître dans l'Astrophysical Journal. "Il y a à présent presque cinq cents planètes extrasolaires connues. Si notre voisinage stellaire est représentatif de l'ensemble de la galaxie, alors la Voie lactée pourrait fourmiller de planètes potentiellement habitables", écrivent les collègues de Vogt.

Cette exoplanète a une masse de 3,1 à 4,3 fois celle de la Terre, et son rayon serait de 1,2 à 1,5 fois celui de notre planète, précise Paul Butler, du département de magnétisme terrestre à la Carnegie Institution à Washington, l'un des coauteurs de cette recherche. Sa période orbitale est d'environ trente-sept jours et la température moyenne qui y règne oscillerait entre – 31 °C et – 12 °C. Le fait qu'elle présente toujours la même face à son étoile, comme Mercure, implique toutefois qu'elle pourrait avoir une face très chaude, et l'autre glaciale. Une mince bande de territoire favorable à la vie pourrait toutefois exister à la jonction entre ces deux hémisphères, supposent les astronomes.

Pour les astronomes, une exoplanète est "potentiellement habitable" quand elle permet l'existence de la vie. Mais cela ne veut pas dire pour autant que les humains y vivraient agréablement. L'"habitabilité" dépend de nombreux facteurs dont, parmi les plus importants, la présence d'eau à l'état liquide et d'une atmosphère, expliquent ces scientifiques.

Les astronomes ont aussi trouvé une deuxième exoplanète tournant autour de Gliese 581 mais hors de la zone habitable, portant à six le total des exoplanètes détectées autour de cette étoile. Il s'agit de l'un des systèmes extrasolaires comptant le plus de planètes trouvées à ce jour. Le 24 août, des astronomes de l'observatoire européen austral, au Chili, avaient annoncé la découverte d'un système d'au moins cinq planètes – peut-être sept – en orbite autour d'une étoile semblable au Soleil. Jusqu'à présent, les astrophysiciens n'ont pas encore trouvé de planète vraiment sœur de la Terre parmi les quatre cent vingt-deux exoplanètes repérées depuis 1995. La dernière découverte est le résultat de onze ans d'observation à l'aide les télescopes de l'observatoire Keck à Hawaï.

Gliese 581 g, première exoplanète "peut-être" habitable
LEMONDE | 01.10.10 | 14h36 • Mis à jour le 01.10.10 | 14h36

En règle générale, les scientifiques détestent les "peut-être". Ils les traquent, cherchant à éliminer toute incertitude ou approximation avant de publier leurs résultats. Il n'est qu'un domaine où ils sont si contents d'en dénicher un qu'ils le mettent fièrement en avant quand vient l'heure de présenter leur découverte. C'est la recherche des exoplanètes, ces mondes qui orbitent autour d'étoiles très éloignées de notre Soleil.

Mercredi 29 septembre, un groupe d'astronomes américains a ainsi accompagné l'annonce de ses trouvailles extrasolaires d'un feu d'artifice de "peut-être" et de "potentiellement". Commençons toutefois par les faits les plus certains.

Trop loin pour une visite

Au bout de onze années d'observations, ces chercheurs de l'université de Californie et de l'Institut Carnegie à Washington ont réussi à détecter deux nouvelles exoplanètes près de l'étoile Gliese 581, autour de laquelle tournaient déjà quatre astres. En soi, l'exploit n'est pas mince. En analysant très finement, grâce au télescope hawaïen Keck, les variations du comportement de l'étoile, ils ont réussi à déduire qu'une de ces deux exoplanètes était d'une masse à peine trois à quatre fois supérieure à celle de la Terre. Et ils ont calculé qu'elle devait mettre trente-sept jours pour faire un tour complet de son étoile, une naine rouge, dont elle est éloignée de 20 millions de kilomètres.

Là commencent les suppositions. La masse de cette planète, baptisée Gliese 581 g, laisse penser qu'elle est, comme la Terre et ses proches voisines, de nature rocheuse et "potentiellement" capable de retenir une atmosphère. La distance qui la sépare de l'étoile est également compatible avec une température de surface qui rend "peut-être" possible la présence d'eau liquide. Atmosphère, eau liquide : deux conditions cruciales pour permettre l'apparition de formes de vie. La conclusion de cet enchaînement de déductions fait la "une" des médias mondiaux : Gliese 581 g est la première exoplanète observée "potentiellement" habitable.

Cette éventuelle compatibilité avec la vie ne veut pas dire que l'exoplanète soit accueillante pour une espèce telle que celle des humains. Plusieurs caractéristiques de l'astre empêchent d'aller jusqu'à cette supposition ultime. Notamment le fait que Gliese 581 g semble présenter toujours la même face à son étoile, comme la Lune avec la Terre. En accroissant les écarts de température entre les deux côtés de l'exoplanète, cette spécificité réduit les zones de la surface "peut-être" aptes à des conditions stables nécessaires pour l'émergence de manifestations rudimentaires de la vie.

Quand en aurons-nous le coeur net ? Pas avant très longtemps. Gliese 581 et ses six planètes se situent à près de 200 000 milliards de kilomètres de la Terre. Trop loin pour recevoir notre visite. Et, vue de chez nous, Gliese 581 g est trop noyée dans la lumière de son étoile pour pouvoir être observée directement. La vraie bonne nouvelle de cette découverte se situe du côté de la statistique. Dans le système exoplanétaire de Gliese 581, pas moins de trois astres se situent dans la zone théorique d'habitabilité. Deux à ses frontières et Gliese 581 g au beau milieu. Cette abondance fait monter la probabilité de trouver bientôt une exoplanète de mêmes caractéristiques et, cette fois, plus facilement observable pour éliminer les "peut-être" gênants.

Jérôme Fenoglio
avatar
Camille Machin

Messages : 125
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 31
Localisation : Montigny le Bretonneux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum